Wednesday , September 18 2019
Home / Liliane Held-Khawam Mania / Nouveau Monde: la financiarisation du territoire « national ».

Nouveau Monde: la financiarisation du territoire « national ».

Summary:
[embedded content] La Caisse des dépôts a créé la Banque des Territoires en 2018. Le directeur général est selon Wikipédia « M Lombard, homme d’affaires, ancien dirigeant de BNP Paribas Cardif et de Generali France. Il est directeur général de la Caisse des dépôts et consignations depuis le 8 décembre 2017. » La Caisse des dépôts et consignation qui gère l’épargne des français a créé un organisme qui va faciliter l’endettement des Territoires.Le financement va ainsi pénétrer les moindres recoins de la vie des territoires.Chemin faisant, l’espace public va être toujours plus pris en charge par la nomenklatura de la planète finance.Mais ce n’est pas tout.Nous recensons une 1ère conséquence de la chose. La capacité probable de voir les représentants de cet établissement transposer les

Topics:
Liliane HeldKhawam considers the following as important:

This could be interesting, too:

Liliane HeldKhawam writes La fabrique du consentement. Arte

Liliane HeldKhawam writes Supprimer le cash ? En Suisse, le débat est déjà tranché. Vincent Held

Liliane HeldKhawam writes Corporatocratie: la démocratie suisse financée par l’industrie de l’armement supranationale.

Liliane HeldKhawam writes La mafia au coeur des activités du Nouveau Monde.

La Caisse des dépôts a créé la Banque des Territoires en 2018. Le directeur général est selon Wikipédia « M Lombard, homme d’affaires, ancien dirigeant de BNP Paribas Cardif et de Generali France. Il est directeur général de la Caisse des dépôts et consignations depuis le 8 décembre 2017. »

La Caisse des dépôts et consignation qui gère l’épargne des français a créé un organisme qui va faciliter l’endettement des Territoires.
Le financement va ainsi pénétrer les moindres recoins de la vie des territoires.
Chemin faisant, l’espace public va être toujours plus pris en charge par la nomenklatura de la planète finance.
Mais ce n’est pas tout.
Nous recensons une 1ère conséquence de la chose. La capacité probable de voir les représentants de cet établissement transposer les méthodes de gestion d’entreprises au plan local. On peut citer la fixation d’objectifs de performance, voire un style de management d’entreprise transposés à l’espace public. Que deviendraient alors les citoyens ? Des ressources humaines?
Nous formulerons notre 2ème point sous forme d’interrogation. Est-ce que ces créances publiques pourront être titrisées, et aller alimenter les opérations de repos et autres activités spéculatives sur le marché financier supranational?
La titrisation  est une technique financière qui consiste à transférer à des investisseurs des actifs financiers tels que des créances (par exemple des factures émises non soldées, ou des prêts en cours), en transformant ces créances, par le passage à travers une société ad hoc, en titres financiers émis sur le marché des capitaux. (Wikipédia)

Une nouvelle étape dans la financiarisation de la sphère publique semble être franchie. Elle concerne la prise en charge par les financiers de ce qui était appelé autrefois territoire national…

LHK

Plus qu’une banque : la Banque des Territoires

En articulant performance économique et proximité avec les territoires, la Banque des Territoires créée en 2018 soutient et finance les projets des villes et des villages dans de nombreux domaines (logements sociaux, énergie renouvelable, déploiement de la fibre, mobilité, gestion de l’eau…). Ses implantations dans tous les territoires et l’accompagnement efficace qu’elle met en œuvre lui ont permis de rendre possibles des centaines de projets.

On l’entend souvent, ce ne sont pas les idées ni les projets qui manquent, mais bien souvent les moyens de les réaliser… et pas que financiers. Dans nos territoires, les nouveaux enjeux demandent des réponses concrètes : phénomène de métropolisation et de densification des villes, nouveaux modes de vie et nouveaux usages liés à la digitalisation et le besoin de services plus croissant, enjeux climatiques et environnementaux. Les territoires veulent s’adapter et se transformer. Parce que la France ne peut faire abstraction d’une partie de sa population, parce que le temps presse et que les initiatives locales doivent être approuvées et financées à proximité de ceux qui les prennent, la Caisse des Dépôts a créé en 2018 la Banque des Territoires. En à peine un an, elle a déjà permis l’élaboration et le déploiement de projets d’avenir innovants, audacieux et ambitieux qui contribuent chacun activement à réduire les fractures territoriales et à assurer le développement de territoires plus attractifs, durables, connectés et inclusifs. « La Caisse des Dépôts a toujours œuvré de concert avec les collectivités. Mais, là, nous voulions en faire davantage, être plus proche d’elles et encore plus à l’écoute de leurs besoins spécifiques pour accompagner la construction des territoires de demain, notamment en matière de dynamisme des cœurs de ville, de transformation du tissu industriel, d’offre de logement et d’accès au très haut débit. C’est ce que nous avons fait avec la Banque des Territoires » explique Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires.

Un Triptyque gagnant : l’accompagnement, le conseil et l’innovation

Pour atteindre ces objectifs d’intérêt général, il a fallu faire émerger les projets. Mois après mois, les échanges réguliers avec les acteurs et décideurs territoriaux sur le terrain ont permis à la Banque des Territoires de les accompagner pour à la fois mieux cerner leurs besoins et les projets qui permettraient d’y répondre, mais également pour leur fournir les moyens de les concrétiser. Cet accompagnement peut débuter dès la phase amont du projet avec le financement par la Banque des Territoires d’études pour définir, initier et structurer le projet. Il se poursuit avec la mobilisation de ses capacités de financement, que cela soit sous forme d’investissements en fonds propres ou sous forme de prêts pour financer les projets des collectivités locales et des organismes de logement social. C’est ce qui est proposé aux collectivités, clientes de la Banque des Territoires, dans le cadre du Plan Action Cœur de Ville par exemple. C’est également le cas avec le Plan logement lancé en 2018 et complété en 2019 pour accompagner la transformation du secteur du logement social et qui propose une gamme complète de produits innovants.

De Nouméa aux Hauts-de-France, des territoires plus attractifs, durables, connectés et inclusifs

Si des résultats ont été obtenus si vite, c’est que chaque projet est analysé et défendu au cœur des collectivités. « Nous sommes garants de l’épargne des Français, nous devons donc également l’être de notre analyse financière des projets. Quels qu’ils soient nous apportons de la proximité à nos clients, à travers nos implantations territoriales, afin de leur proposer en fonction de leurs besoins et de leurs spécificités, la plus large palette d’offres et de services » rappelle Olivier Sichel. Tous les territoires en bénéficient, de la métropole aux Outre-mer. Pour plus d’attractivité, à Nouméa par exemple, la Banque des Territoires a contribué à la mise en place d’un bus au haut niveau de service en prêtant 73 M€ au Syndicat Mixte des Transports Urbains du Grand Nouméa. Pour un territoire plus durable, elle contribue au projet de transformation de Fessenheim (Haut-Rhin) et à la rénovation énergétique des bâtiments publics grâce au dispositif innovant d’Intracting, comme c’est le cas pour 30 bâtiments publics, dont 15 écoles et crèches, à Ajaccio. Pour des territoires plus inclusifs, la Banque des Territoires soutient notamment la réhabilitation de l’habitat minier dans les Hauts-de-France. Enfin, elle agit au bénéfice de territoires plus connectés en participant au déploiement du Très Haut Débit dans les zones les moins connectées, comme c’est le cas récemment en Loir-et-Cher et en Indre-et-Loire où elle a investi près de 72 M€. Ainsi « Nous favorisons la solidarité entre les territoires, en soutenant les projets qui contribueront à organiser les indispensables interactions entre les Métropoles, les villes moyennes et la ruralité » confirme son directeur.

Un engagement client sur le long terme grâce à des produits spécifiques

En avril la Banque des Territoires a signé aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe, le Pacte Productif (2010 – 2022). Ce Second Plan Logement déployé par la Banque des Territoires a été dévoilé en mai pour soutenir les efforts d’investissement des organismes de logement social par de nouvelles offres innovantes, pour certaines déployées sur du très long terme (titres participatifs, 5 Md€ de nouveaux prêts aux collectivités locales, prêts fonciers à 80 ans).

Autre exemple d’engagement sur le long terme : l’offre de financement sur des thématiques précises d’intérêt général comme l’éducation, la mobilité ou l’assainissement de l’eau. Trois nouveaux produits ont été lancés cette année pour répondre en particulier à ces besoins : L’Edu Prêt (1 Md€), pour soutenir la construction, la rénovation et l’extension de bâtiments éducatifs et de leurs équipements associés sur des durées pouvant aller jusqu’à 40 ans, le Mobi Prêt (2 Md€) pour soutenir les investissements dans le secteur de la mobilité sur des durées pouvant aller jusqu’à 50 ans, et l’Aqua Prêt (2 Md€) pour financer des travaux sur les infrastructures d’eau potable, d’assainissement des eaux usées et les ouvrages de gestion des eaux pluviales, sur des durées pouvant aller jusqu’à 60 ans.

La force de la Banque des Territoires est donc d’accompagner les collectivités avec plus de proximité en répondant précisément et rapidement aux besoins de tous. Un engagement qu’elle tient et qu’elle prouve au quotidien au regard des moyens mis en place pour améliorer le cadre de vie de tous les Français.

https://www.latribune.fr/supplement/la-tribune-now/plus-qu-une-banque-la-banque-des-territoires-827503.html?fbclid=IwAR3V0jweLekfuFdwKnAjWz-iqj9wAMyWIh0gPLrekyIuTsSW8tKQXtGUUKM

Liliane HeldKhawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *