Tuesday , September 29 2020
Home / Liliane Held-Khawam Mania / Notre santé livrée aux ingénieurs?

Notre santé livrée aux ingénieurs?

Summary:
[embedded content] Au-delà des vraies fausses deuxième vague, la crise du Covid-19 pourrait servir à mettre fin à la médecine classique au profit d’une ingénierie de la santé. Il s’agit là de l’élément central de cette année 2020! Pour une raison ou une autre, le processus d’ingénierie sanitaire semble avoir démarré avec la crise du SIDA. Etonnament, le financeur en chef de l’OMS insiste sur les liens entre les deux épidémies, alors que pour le citoyen moyen, il ne devrait pas y en avoir. [embedded content] Il semble aussi dire que la « plateforme » qui sera mise à disposition pour faire vacciner contre le Covid servira à contrer les autres virus. En quoi, le vaccin de l’un peut-il soigner contre les autres virus? J’avoue avoir approcher des spécialistes du domaine pour obtenir des

Topics:
Liliane HeldKhawam considers the following as important:

This could be interesting, too:

Liliane HeldKhawam writes A l’origine de l’Intelligence artificielle, la Cybernétique. Compilation

Liliane HeldKhawam writes Une Constitution universelle pour un Etat global, privatisé et financiarisé, sous les couleurs de l’Agenda 2030.

Liliane HeldKhawam writes Pourquoi certains semblent dispensés de porter le masque? LHK

Liliane HeldKhawam writes Surprise, le Prince Charles est partie prenante du Big Reset. Les financiers aussi.

Au-delà des vraies fausses deuxième vague, la crise du Covid-19 pourrait servir à mettre fin à la médecine classique au profit d’une ingénierie de la santé. Il s’agit là de l’élément central de cette année 2020!

Pour une raison ou une autre, le processus d’ingénierie sanitaire semble avoir démarré avec la crise du SIDA. Etonnament, le financeur en chef de l’OMS insiste sur les liens entre les deux épidémies, alors que pour le citoyen moyen, il ne devrait pas y en avoir.

Il semble aussi dire que la « plateforme » qui sera mise à disposition pour faire vacciner contre le Covid servira à contrer les autres virus. En quoi, le vaccin de l’un peut-il soigner contre les autres virus? J’avoue avoir approcher des spécialistes du domaine pour obtenir des réponses et je n’ai à ce jour rien de plus que « je ne vois pas ».

On m’a en revanche dit  « Bill Gates qui n’a aucun titre universitaire raconte n’importe quoi ». Eh bien ceci, je ne le crois pas du tout. Je suis convaincue au contraire qu’il comprend parfaitement ce que l’armée de chercheurs, d’académiciens, et de scientifiques qu’il finance à travers la planète, lui explique très bien ce qu’ils font.

En fait la médecine selon Bill Gates et le Nouveau Monde ne semble plus rien à voir avec celle de l’Ancien. Plus vite, on essaiera de creuser pour comprendre, plus vite on aura des chances d’éviter la plus grande catastrophe à laquelle l’humanité pourrait être confrontée.

Je vous livre telle quelle mon hypothèse de travail. De lourds constats me donnent à penser que nous serions confrontés en ce moment même au bricolage des êtres humains pour en faire des organismes résistants aux virus par le génie génétique.

Ainsi, nous sommes invités à pénétrer le plus vite possible ce monde hermétique qu’est la biotechnologie mondiale. Les personnes de bonne volonté qui sont capables de triturer les informations largement disponibles devraient très rapidement confirmer ou infirmer mon hypothèse. J’espère me tromper.

Le problème avec le génie génétique est que il travaille sur les gènes, et ceci concerne l’ensemble du monde du vivant. Les modifications génétiques ont d’ores et déjà été faites sur le règne végétal, le règne animal (allant jusqu’à la création de chimère!), et la probabilité est à son maximum pour que cela concerne très bientôt (pour autant que cela ne soit pas d’ores et déjà le cas) l’humain. Il s’agirait alors de mettre un terme à l’humanité telle que connue pour fabriquer des HGM (humains génétiquement modifiés)  sous le contrôle de laboratoires. Il y a quelques jours, l’Assemblée nationale, représentée par un tout petit nombre d’élus, a validé la réforme de la filiation liée à l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes.  La Suisse avait fait la même chose il y a des années… Et la désacralisation du patrimoine génétique humain est au coeur de cette révolution menée par la haute finance munie de technologie.

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/loi-bioethique-et-pma-nouveau-feu-vert-de-l-assemblee-a-la-reforme-de-la-filiation_2132084.html
https://lilianeheldkhawam.com/2015/05/28/la-haute-finance-a-lassaut-de-votre-patrimoine-genetique-par-liliane-held-khawam/

Modifier le patrimoine génétique humain par le génie génétique, engendre des risques inconnus. C’est pourtant cette médecine qui semble avoir été choisie comme la médecine du Nouveau Monde. Et la médecine traditionnelle ne semble pas avoir sa place dans le Nouveau modèle sanitaire, soumis à l’ingénierie génomique. Alors vous comprenez que des molécules comme l’hydroxychloroquine couplée à un antibiotique classique fassent ringards dans le décorum high tech. Signalons des ruptures d’approvisionnement diverses et variées en matière de médicaments, et notamment d’antibiotiques.

https://www.letemps.ch/economie/une-grave-penurie-medicaments-menace

Notre santé livrée aux ingénieurs?

Plus on traite le sujet, et plus il émerge une perception de la mise en place d’un processus d’accompagnement de l’humain par le génie génétique qui démarrerait dès sa conception (en laboratoire) et qui durerait sa vie durant. Toutefois, ceci serait accompagné de manière stricte par un programme alimentaire ciblée en fonction des caractéristiques de chaque individu. Voici quelques données pour étayer ce qui précède.

Je ne reviendrai pas ici sur les travaux sur CRISPR ou le forçage génétique présentés dans nos précédentes publications.

La santé pour tous  par la … génétique est prévue dans le plan France Médecine Génomique 2025.

AVIESAN, pour Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé. Il s’agit d’une Alliance thématique de recherche créée le 8 avril 2009 dans le cadre de la Stratégie nationale pour la recherche et l’innovation (SNRI), qui identifiait la santé, l’alimentation et les biotechnologies comme un de ses trois axes de développement prioritaires.

La liste de ses présidents

La présentation suivante est celle du site de AVIESAN. Celle-ci rassemble « les grands acteurs en sciences de la vie et de la santé en France« . Ainsi nous découvrons qu’il existe un projet qui porte le nom de France Médecine Génomique 2025. Explication.

« La médecine génomique est en train de changer profondément la prise en charge des patients. Pour s’assurer que chacun puisse accéder aux nouvelles technologies de la médecine génomique de manière équitable sur tout le territoire, la France met en place un plan : le plan France médecine génomique 2025. Il vise à faire évoluer à l’horizon de 2025 la façon de diagnostiquer, prévenir, et soigner les patients. Le plan répond à une demande du Premier ministre adressée à l’Alliance Aviesan en avril 2015, afin d’examiner la mise en place des conditions de l’accès au diagnostic génétique dans notre pays. »

Notre santé livrée aux ingénieurs?

Nous retrouvons une fois de plus l’organisation coronale.

Nous retiendrons des 4 ensembles celui de l’organisation de la santé publique. Et là, on nous dit que la médecine génomique révolutionne le parcours de soin des patients. Le séquençage en routine du génome va permettre aux patients une prise en charge diagnostique et thérapeutique plus personnalisée. Cela concernera dans un premier temps les patients affectés par des maladies rares ou des cancers, puis à terme, les patients atteints de maladies communes.

https://pfmg2025.aviesan.fr/presentation/

« Le Grand Reset: RESETTING THE WORLD! »

La santé par le génie génétique correspond elle aussi à ce que le World Economic Forum appelle le Grand Reset.. Celui-ci n’est pas simplement économique ou financier. TOUT est remis à plat. TOUTE notre planète est soumise dans chacun de ses compartiments au reengineering.  Et probablement la vie humaine aussi. Ecoutez Klaus Schwaab, le patron historique du WEF. Il ne cache rien. Visitez son site.

Du diagnostic génomique aux soins en passant par la biologie de synthèse

Rappelons que la génétique concerne notre corps, mais aussi les différents composants de notre espace vital personnel et environnemental. Cela va d’une cellule de base jusqu’à la biosphère. Le génie génétique qui se propose de bricoler l’ADN est un thème éminemment important, et hélas inconnu de l’essentiel de l’humanité. L’avenir du vivant relève alors de quelques biotechniciens ultraspécialisés qui n’ont pas forcément connaissance de l’image d’ensemble des conséquences sur l’humain engendré par le cumul de mutations générées par les uns et les autres dans les différents laboratoires.

En ce moment on nous apprend que la Confédération doit établir une stratégie alimentaire 2050 avec en illustration des gens qui mangent une fondue (ici). Et c’est l’Etat qui va vous apprendre à manger sainement. Vos frigos connectés et la suppression du cash veilleront à ce que votre alimentation saine soit sous contrôle. Pour votre bien évidemment.

La nourriture sortie des laboratoires sera considérée comme animal « friendly » et durable. Bill Gates y avait pensé avant vous et il y a investi ses revenus. L’article ci-dessous vous présente un des multiples secteurs qui appartiennent au grand Reset. Il s’agit de la fabrication d’aliments. Vous les aviez minimisés jusqu’à présent, et c’est normal, mais à présent, il faut vraiment les repérer, les goûter peut-être (?) et décider si c’est c’est ce que vous voulez pour votre santé et celle de vos enfants? Au fait, ce sont des produits que le génie génétique et autre clonage fabriquent merveilleusement bien!

https://www.cnbc.com/2018/03/23/bill-gates-and-richard-branson-bet-on-lab-grown-meat-startup.html
https://lepetitjournal.com/singapour/singapour-des-crevettes-cultivees-en-laboratoire-lessai-255912

Et ces bricoleurs de laboratoires sont depuis quelques décennies en train d’approcher la santé (mais aussi les aliments) à travers les procédés de la biologie de synthèse, vaccin Covid-19 inclus.

Qu’est-ce que la biologie de synthèse, ou biologie synthétique?

Il s’agit d’une combinaison entre la biologie et les principes d’ingénierie, dans le but de concevoir et construire (« synthétiser ») de nouveaux systèmes et fonctions biologiques, avec des applications notamment développées par les secteurs agropharmaceutique, chimique, agricole et énergétique.

Concepts

Dans sa phase actuelle, la biologie de synthèse vise surtout à rendre le génie biologique plus simple et rapide, plus accessible et moins onéreux par usage extensif de principes d’ingénierie (standardisation, automation, conception assistée par ordinateur…) ayant fait leurs preuves dans d’autres domaines plus matures tels le génie civil ou l’électronique (Wikipédia). Ainsi, avec ce procédé, de multiples pans de la vie se trouvent impacter, et les questions fusent avec.

La plus importante question serait de savoir si à l’avenir les bigpharmas abandonneront les médicaments et vaccins classiques au profit du génie génétique? (cf les déclarations d’intention de AVIESAN)

Un bout de réponse vient de Wikipédia:

Modifier le vivant ou en détourner certaines fonctions pose aussi des questions philosophiques et éthiques nouvelles et complexes. Notamment sur le fait de savoir s’il est possible ou souhaitable d’assimiler les êtres vivants à des « machines » et avec quelles conséquences, ou concernant la question de la brevetabilité du vivant ou de ses produits, et plus généralement de la propriété intellectuelle appliquée au vivant.

Le contrôle du vivant

Le contrôle du vivant est devenu un thème bien plus stratégique, et même essentiel, que le pillage des ressources de la planète (naturelles et productives). Les nouveaux possédants pourraient-ils décider sans notre consentement de la fusion homme-machine? Est-ce que l’accès facilité à notre ADN fait de nous une propriété détenue par ceux qui pilotent le génie génétique?

Il est littéralement hallucinant de constater l’autoroute dont disposent ces gens pour aboutir à leurs objectifs sans que personne ne les remette en question! Regardez ce que disaient Jacques Attali en 2013 sous le titre « Vers l’humanité unisexe » (extrait)

3. La demande d’immortalité, qui pousse à accepter toutes mutations sociales ou scientifiques permettant de lutter contre la mort, ou au moins de la retarder.

4. Les progrès techniques découlent en effet de ces valeurs et s’orientent dans le sens qu’elles exigent : en matière de sexualité, cela a commencé par la pilule, puis la procréation médicalement assistée, puis la gestation pour autrui. Ces questions de bioéthique ne découlent évidemment pas des demandes d’égalité venant des couples homosexuels et concernent toutes les formes de reproduction, y compris -et surtout- « hétérosexuelles ». Le vrai danger viendra si l’on n’y prend garde, du clonage et de la matrice artificielle, qui permettra de concevoir et de faire naitre des enfants hors de toute matrice maternelle. Et il sera très difficile de l’empêcher, puisque cela sera toujours au service de l’égalité, de la liberté, ou de l’immortalité.

5. La convergence de ces trois tendances est claire : nous allons inexorablement vers une humanité unisexe, sinon qu’une moitié aura des ovocytes et l’autre des spermatozoïdes, qu’ils mettront en commun pour faire naitre des enfants, seul ou à plusieurs, sans relation physique, et sans même que nul ne les porte. Sans même que nul ne les conçoive si on se laisse aller au vertige du clonage.

6. Accessoirement, cela résoudrait un problème majeur qui freine l’évolution de l’humanité : l’accumulation de connaissances et des capacités cognitives est limitée par la taille du cerveau, elle-même limitée par le mode de naissance : si l’enfant naissait d’une matrice artificielle, la taille de son cerveau n’aurait plus de limite. Après le passage à la station verticale, qui a permis à l’humanité de surgir, ce serait une autre évolution radicale, à laquelle tout ce qui se passe aujourd’hui nous prépare. Telle est l’humanité que nous préparons, indépendamment de notre sexualité, par l’addition implicite de nos désirs individuels.

https://lilianeheldkhawam.com/2015/06/08/limmortalite-au-coeur-de-la-technologie-de-la-silicon-valley-commentaire-lhk-extrait-dun-article-de-laurent-alexandre/

Depuis les années 70, alors que le choc pétrolier et d’autres crises majeures, dont la guerre du Liban, occupaient nos écrans et nos esprits, des gens développaient patiemment l’accès puis la mutation du patrimoine génétique de notre humanité. A cette époque, un certain Wacław Szybalski écrivait dans un éditorial du journal Gene,:

« Le travail sur les nucléases de synthèse nous permet non seulement de construire aisément les molécules d’ADN recombinant et d’analyser les gènes individuels, mais nous a aussi mené à une nouvelle ère de la biologie de synthèse où non seulement les gènes existants sont décrits et analysés, mais où aussi de nouvelles configurations génétiques peuvent être construites et évaluées. »

La montée en puissance de la Silicon Valley par la haute finance qui s’était remplie les poches grâce à une création monétaire contre crédit totalement débridée va donner des moyens illimités aux Frankenstein en herbe de toutes nationalités, toutes races, et toutes religions. Ainsi, le congrès Synthetic Biology 1.0 organisé au MIT en 2004 marquera l’acte de naissance « officiel » de la biologie de synthèse contemporaine. Soit peu de temps après que M Gates se soit découvert une vocation philanthropique.

Nombre de laboratoires privés, secrets, ont essaimé. Des publications allant jusqu’à faire état de créations  de chimères (fusion homme-animal) ont fleuri. A quoi pensent les concepteurs du projet? Quel avenir réservent-t-ils à l’humanité? Nous n’en saurons rien.

Retenons que la biologie de synthèse utilisant ADN et ARN messager synthétiques est au programme de la gestion des différentes activités qui jalonnent le processus du management de la crise du Coronavirus.

LHK

Les sociétés de biologie synthétique se précipitent pour lutter contre le coronavirus. John Cumbers

Le 31 décembre 2019, le coronavirus 2019-nCoV a été signalé pour la première fois à Wuhan, en Chine. Avance rapide d’un mois: la Chine lance des appels urgents à l’aide, le nombre de morts dans le monde augmente et les marchés boursiers plongent. Le monde semble se préparer à ce qui pourrait être la prochaine grande pandémie.

Il existe de nombreuses idées fausses sur le coronavirus, y compris la rapidité avec laquelle il se propage et sa mort. Que ce coronavirus se révèle être un tueur ponctuel comme la grippe espagnole, ou quelque chose de plus similaire à la grippe saisonnière qui en tue des centaines de milliers chaque année, la montée du coronavirus a attiré beaucoup d’attention sur la capacité de la biotechnologie mondiale à répondre de nouvelles maladies mortelles.

Nulle part ailleurs, cette réponse ne se produit comme au sein de la communauté de la biologie synthétique.

Si vous êtes nouveau dans ma chronique, vous vous demandez peut-être ce qu’est la biologie synthétique. En termes simples, la biologie synthétique vise à rendre la biologie plus facile à concevoir, en utilisant l’ADN comme langage de programmation pour notre monde physique. Rendue possible grâce aux progrès de l’automatisation, de l’IA et de notre capacité à lire-écrire-modifier l’ADN, la biologie synthétique accélère les cycles de conception-construction-test en génie biologique. Il nous permet de synthétiser des aliments à partir de rien, de stocker toutes les données du monde dans une cuillère à café d’ADN, de concevoir des médicaments intelligents pour des patients individuels et de programmer la matière elle-même.

Avec l’épidémie de coronavirus d’aujourd’hui, les biologistes synthétiques utilisent des outils et des technologies de pointe pour aider les intervenants à passer de la détection à la guérison avec une vitesse et une échelle sans précédent. Voici juste une poignée d’entreprises travaillant dans les coulisses de la pandémie de coronavirus:

Distributed Bio

En collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et l’armée américaine, les chercheurs de Distributed Bio développent Centivax, un nouveau type de vaccin universel. Leur approche informatique trouve les caractéristiques moléculaires uniques à la surface d’une gamme de différents agents pathogènes, puis utilise des anticorps pour la réponse immunitaire contre les parties de ces agents pathogènes qui ne mutent pas avec le temps. (…)

Cette technique permet à Distributed Bio de créer des vaccins contre presque tous les virus, à un rythme rapide et dans un environnement sûr. Le travail de Distributed Bio a récemment été présenté dans la nouvelle série Netflix Pandemic , qui examine les équipes qui se battent pour prévenir une épidémie mondiale de maladie.

GenScript

(…)Pour y remédier, GenScript propose gratuitement aux chercheurs un test de haute technologie pour le coronavirus. Le test est basé sur un test de détection qRT-PCR, qui utilise des brins d’ADN précis pour détecter et mesurer avec précision la quantité d’un agent infectieux comme le coronavirus dans la circulation sanguine, par exemple.(…)

Inovio et Twist Bioscience

Kate Broderick, vice-présidente principale de la recherche et du développement chez Inovio, a déclaré à la BBC:   «Nos vaccins médicamenteux à ADN sont nouveaux en ce qu’ils utilisent des séquences d’ADN du virus pour cibler des parties spécifiques de l’agent pathogène que nous pensons que le corps montera le plus fort. Nous utilisons ensuite les propres cellules du patient pour devenir une usine pour le vaccin, renforçant ainsi les mécanismes de réponse naturels du corps.  » (…)

Moderna

(…) Le projet s’appuie sur quatre années de travail, dont six lectures cliniques positives de phase 1. Moderna dispose d’une plate-forme technologique mature, d’un site de fabrication et d’une expérience de développement entièrement intégrés et d’une relation établie avec les NIH, ce qui la place bien pour répondre aux menaces pour la santé publique. Moderna et CEPI espèrent créer un monde dans lequel «les épidémies ne sont plus une menace pour l’humanité», selon Richard Hatchett, MD, PDG du CEPI.

Biosciences mammouths

Mammoth Biosciences , une société développant une boîte à outils pour la prochaine génération de diagnostics basés sur CRISPR, s’associe à des chercheurs de l’UC San Francisco qui développent un test de diagnostic pour identifier les personnes infectées par le nouveau coronavirus . Comme le rapporte Leah Rosenbaum de Forbes, le dépistage d’un coronavirus suspecté nécessite désormais l’envoi d’échantillons aux Centers for Disease Control and Prevention, où il peut prendre six heures ou plus pour terminer le test. (…)

Charles Chiu, chercheur à l’UCSF et collaborateur de Mammoth, a déclaré que le test du coronavirus pourrait être prêt dans quelques semaines et que le gros goulot d’étranglement est le manque d’échantillons humains pour le tester. Il a déclaré que très peu de technologies, voire aucune, se comparent à la plate-forme CRISPR de Mammoth Biosciences en termes de vitesse, de délai d’exécution et de précision.

Sherlock Biosciences

(…)

AbCellera

AbCellera travaille pour identifier les anticorps qui peuvent neutraliser le virus et potentiellement bloquer sa transmission. Depuis 2018, dans le cadre du programme DARPA Pandemic Prevention Platform (P3) , AbCellera développe une «plate-forme technologique pour la réponse à une pandémie capable de développer des contre-mesures médicales prêtes à l’emploi dans les 60 jours suivant l’isolement d’un pathogène viral inconnu.

AbCellera nous a dit qu’un aspect clé de ce travail est de «fournir une contre-mesure d’anticorps en tant que vecteur d’acide nucléique au lieu d’une protéine purifiée recombinante». En d’autres termes, les propres cellules du patient fabriqueront le produit thérapeutique au lieu d’être fabriqué dans un laboratoire à l’extérieur du patient. Il s’agit d’une manière relativement nouvelle de délivrer le médicament – ou plus précisément, les gènes pour fabriquer le médicament.

Technologies ADN intégrées (IDT)

IDT est une autre société de synthèse d’ADN qui se trouve impliquée dans les toutes premières étapes de la lutte contre les maladies émergentes. En tant qu’acteur de longue date dans le domaine, IDT affirme avoir été rapidement engagé par des chercheurs intéressés à la fois par les tests diagnostiques et le développement de vaccins. IDT a déjà expédié des gènes synthétiques à utiliser dans la recherche de vaccins contre les coronavirus , ainsi que des sondes et des amorces oligonucléotidiques personnalisées qui faciliteront une détection plus sensible et plus précise du virus de Wuhan. (…)

Liliane HeldKhawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *