Sunday , August 25 2019
Home / Liliane Held-Khawam Mania / Essai: La Chine est la clef de voute du faux système des valeurs dans le monde. Bruno Bertez

Essai: La Chine est la clef de voute du faux système des valeurs dans le monde. Bruno Bertez

Summary:
HEC,analyste financier,gérant de fortune,patron de presse, fondateur de La Tribune. Conseiller politique et syndical. Pour un capitalisme productif, légitime… Ordo ab chao. Il y a les apparences, il ya les perceptions  et il y a le réel. Les marchés réagissent aux perceptions, les perceptions aux apparences,  le réel lui évolue en fonction des interactions entre tout cela et au travers de tout  cela: apparences, perceptions, actions, réactions , résultantes, réactions reflexives  etc. Bref c’est complexe et surtout c’est long, c’est le temps de l’Histoire pas  celui de la télé et de CNN. Pour que le monde change, pour que les crises arrivent, pour que le neuf émerge, il faut du temps au temps. Une crise je le répète, c’est la rupture, rupture d’un invariant, rupture d’une certitude.

Topics:
Liliane HeldKhawam considers the following as important:

This could be interesting, too:

Liliane HeldKhawam writes Comment des hackers ont volé une Tesla Model S en moins de 30 secondes. Louise Millon

Liliane HeldKhawam writes High-tech dans l’agriculture : le piège se referme sur les paysans. Vincent Held

Liliane HeldKhawam writes Immobilier : ces nouvelles contraintes qui vont accentuer la pression sur les propriétaires. Capital

Liliane HeldKhawam writes La BNS ponctionne les avoirs bancaires et garde l’argent. Finews.com

Essai: La Chine est la clef de voute du faux système des valeurs dans le monde. Bruno Bertez

HEC,analyste financier,gérant de fortune,patron de presse, fondateur de La Tribune. Conseiller politique et syndical. Pour un capitalisme productif, légitime…

Ordo ab chao.

Il y a les apparences, il ya les perceptions  et il y a le réel.

Les marchés réagissent aux perceptions, les perceptions aux apparences,  le réel lui évolue en fonction des interactions entre tout cela et au travers de tout  cela: apparences, perceptions, actions, réactions , résultantes, réactions reflexives  etc.

Bref c’est complexe et surtout c’est long, c’est le temps de l’Histoire pas  celui de la télé et de CNN. Pour que le monde change, pour que les crises arrivent, pour que le neuf émerge, il faut du temps au temps.

Une crise je le répète, c’est la rupture, rupture d’un invariant, rupture d’une certitude.

Tout ceci pour dire une chose. Cette chose je la dis en incidente mais elle est fondamentale: le mal chinois c’est la fausseté de toutes les valeurs, exactement comme le fut le mal soviétique.

Dans ces ensembles hétéroclites, bâtards,  de statut indéfinissable, tout est faux, rien ne reflète les vraies valeurs, celles que les  choses auraient si les hommes étaient libres de choisir.

Tout est faux en Chine parce que le système est semi fermé;

Mais tout est vulnérable parce que le système est semi ouvert.

Il y a une brêche colossale dont le sort est binaire: soit on ouvre plus pour accepter l’alignement sur les valeurs mondiales, soit on referme plus pour se protéger des valeurs mondiales et ainsi maintenir son système de valeurs par la force, l’autorité et la répression.

La question de Hong kong s’analyse de cette façon.

La question de la monnaie également.

Nous sommes dans des phases d’ébranlement du mur de Berlin, à la fois au plan symbolique et au plan réel.

Le Yuan  ou le Reminbi sont les cristallisations à la fois du système de valeurs chinois et  des contradictions de ce système de valeurs chinoises.

En terme économiques et sociaux, la Chine est un colosse aux pieds d’argile comme le fut l’empire sovietique parce que rien n’est à son prix, rien n’oscille autour de l’équilibre  et il faut des digues. En particulier la valeur travail n’est absolument pas à son prix. Or elle est fondamentale, c’est elle qui est le sous bassement d’un régime compradore complice des élites mondialisées..

Si les digues venaient à céder on s’apercevrait que le Yuan est considérablement surévalué, il chuterait et contrairement à ce que Trump, le simplet, pense si le système chinois se libéralisait, la monnaie chuterait ! Eh oui, le capital sortirait, fuirait pour aller chercher sa contrevaleur mondiale.  Et le capital chinois sait que seuls ceux qui sortiront les premiers pourront préserver leurs avoirs et leurs valeurs.

Réflechissez y ; c’est là que tout se passe, c’est là que tout se joue.

La chine est la clef de voûte du faux système des valeurs dans le monde

La baisse, la chute du Yuan serait une opération vérité, elle ferait s’effondrer un système valeurs/ fausses valeurs au niveau mondial, elle disloquerait les institutions chinoises qui ne tiennent que par les béquilles de la répression et elle libèrerait la Chine pour sa conquête mondiale future.

Si un jour j’ai le temps je montrerai que l’extraction de la plus-value chinoise est ce qui maintient en vie le capital occidental et fait léviter les marchés grâce à l’échange inégal..

La Chine, le système chinois, le régime chinois  butent sur leurs limites et si on poursuit l’analogie avec le système soviétique on doit reconnaitre que Trump agit contre l’intérêt des USA, il va libérer l’énergie potentielle qui se trouve dans le système actuel pour une nouvelle étape. Trump va peut-être libérer le destin de la Chine.

Bien sûr tout cela c’est du long terme.

Avant de se concrétiser  ce potentiel va se manifester par un grand chaos .

Ordo ab chao.

Bruno Bertez

https://brunobertez.com/2019/08/08/essai-la-chine-est-la-clef-de-voute-du-faux-systeme-des-valeurs-dans-le-monde/
Liliane HeldKhawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *