Tuesday , September 26 2017
Home / Liliane Held-Khawam Mania / Nouveau monde: La propriété privée en danger. Zerohedge

Nouveau monde: La propriété privée en danger. Zerohedge

Summary:
Avant-propos: Dans le nouveau monde, deux ensembles se partagent l’espace planétaire. Les élites bien sûr qui redéfinissent ce qu’est l’espace public et les normes qui vont avec, et d’autre part la masse des terriens qui progressivement se retrouve soumise à une législation privatisée et financiarisée. Dans cette nouvelle législation, le droit à la propriété privée va progressivement passer à la trappe. Nous le voyons à longueur d’année avec le slogan « privatiser les bénéfices et mutualiser les pertes ». Pourtant, le processus risque d’aller bien au-delà de cet adage et s’imposer dans votre logement personnel. Pour les Suisses, il vous suffit de voir les questions qui vous sont posées quand vous remplissez le questionnaire de l’Office des Statistiques. Il vous est clairement demandé le nombre de pièces dont vous disposez dans votre logement. Par ailleurs, de sympathiques expériences vous ont été présentées par les médias qui vous vantent la vie de familles ayant accueillies des migrants. Vous pourrez bétonner toutes les surfaces agricoles et forestières que vous voulez, le désir de standardiser la population mondiale risque de vous amener tôt ou tard à devoir partager votre espace personnel avec des tiers.

Topics:
Liliane HeldKhawam considers the following as important:

This could be interesting, too:

Liliane HeldKhawam writes Les Suissesses et les Suisses disent OUI à leurs paysans! ATS

Liliane Held-Khawam writes Pourquoi l’accès à vos dépôts bancaires, épargnes et capital retraite est rendu difficile?

Liliane HeldKhawam writes Pourquoi l’accès à vos dépôts bancaires, épargnes et capital retraite est rendu difficile? Liliane Held-Khawam

Liliane HeldKhawam writes Quand une certaine gauche agit dans le sens de la Haute Finance… Vincent Held

Nouveau monde: La propriété privée en danger. Zerohedge

Avant-propos: Dans le nouveau monde, deux ensembles se partagent l’espace planétaire. Les élites bien sûr qui redéfinissent ce qu’est l’espace public et les normes qui vont avec, et d’autre part la masse des terriens qui progressivement se retrouve soumise à une législation privatisée et financiarisée.

Dans cette nouvelle législation, le droit à la propriété privée va progressivement passer à la trappe.

Nous le voyons à longueur d’année avec le slogan « privatiser les bénéfices et mutualiser les pertes ».

Pourtant, le processus risque d’aller bien au-delà de cet adage et s’imposer dans votre logement personnel.

Pour les Suisses, il vous suffit de voir les questions qui vous sont posées quand vous remplissez le questionnaire de l’Office des Statistiques. Il vous est clairement demandé le nombre de pièces dont vous disposez dans votre logement.

Par ailleurs, de sympathiques expériences vous ont été présentées par les médias qui vous vantent la vie de familles ayant accueillies des migrants.

Vous pourrez bétonner toutes les surfaces agricoles et forestières que vous voulez, le désir de standardiser la population mondiale risque de vous amener tôt ou tard à devoir partager votre espace personnel avec des tiers.

En conclusion, un cynisme vient donc gangréner un peu plus une politique qui défie le machiavélisme soviétique lui-même… Les autorités vont même, selon Zerohedge, jusqu’à vous faire payer les rénovations après vous avoir expropriés…

Au fait, ces esprits pour le moins troublés semblent détenir une autoroute dans les différents pays. Pensez au référendum, voté il n’y a pas si longtemps, qui autorise l’expropriation, tout comme cette obligation de construire des espaces commerciaux dans les nouveaux bâtiments sachant pertinemment que l’économie est en récession…

Cynisme ou perversité? A chacun de choisir.

Liliane Held-Khawam

L’Allemagne confisque des maisons pour y loger des migrants. Zerohedge

    Dans un mouvement sans précédent, les autorités de Hambourg ont confisqué six unités résidentielles dans le district de Hamm près du centre-ville. Un administrateur nommé par la ville réhabilite maintenant les propriétés et les louera – contre la volonté du propriétaire – aux locataires choisis par la ville. La porte-parole du district, Sorina Weiland, a déclaré que tous les coûts de rénovation seront facturés au propriétaire des propriétés.
Des mesures d’expropriation similaires ont été proposées à Berlin, la capitale allemande, mais abandonnées parce qu’elles ont été jugées inconstitutionnelles.
Quelques Allemands se posent des questions sur la suite: Les autorités limitent-elles maintenant le nombre maximum d’espace de vie par personne, et forcent-elles celles qui ont de grands appartements à les partager avec des étrangers?

Les autorités de Hambourg, la deuxième plus grande ville d’Allemagne, ont commencé à confisquer les habitations privées pour atténuer la pénurie de logements – qui a été fortement aggravée par la décision de la chancelière Angela Merkel d’autoriser plus de deux millions de migrants dans le pays au cours des dernières années.

Les fonctionnaires de la ville ont saisi les propriétés commerciales et les ont transformées en refuges pour migrants depuis la fin de 2015, lorsque Merkel a ouvert les frontières allemandes à des centaines de milliers de migrants d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Actuellement, la ville exproprie des logements résidentiels appartenant à des particuliers privés.

Dans un mouvement sans précédent, les autorités de Hambourg ont récemment confisqué six unités résidentielles dans le district de Hamm, près du centre-ville. Les unités, appartenant à un propriétaire privé, ont besoin d’être réparées et sont vacantes depuis 2012. Un administrateur nommé par la ville réhabilite maintenant les propriétés et les loue – contre la volonté du propriétaire – aux locataires choisis par la ville. La porte-parole du district, Sorina Weiland, a déclaré que tous les coûts de rénovation seront facturés au propriétaire des propriétés.

L’expropriation est autorisée par la Hamburg Housing Protection Act (Hamburger Wohnraumschutzgesetz), une loi de 1982 qui a été mise à jour par le gouvernement socialiste de la ville en mai 2013 pour permettre à la ville de saisir toute unité résidentielle vacante depuis plus de quatre mois.

Le bail forcé, le premier du genre en Allemagne, aurait pour but de faire pression sur les propriétaires d’autres résidences vacantes de la ville pour les mettre à disposition. Sur les 700 000 logements locatifs à Hambourg, quelque 1 000 à 5 000 (moins d’un pour cent) sont vacants, selon une estimation du Sénat de Hambourg.

Les socialistes et les Verts à Hambourg ont récemment créé une «hotline» où les résidents locaux peuvent signaler des propriétés vacantes. Les activistes ont également créé un site Web – Leerstandsmelder (Vacancy Detector) – pour identifier l’immobilier inoccupé à Hambourg et dans d’autres villes allemandes.

Il reste peu clair pourquoi le propriétaire de Hamm a laissé ses appartements vacants pendant plus de cinq ans. Certains ont postulé que, compte tenu de l’emplacement des propriétés, les coûts de rénovation peuvent être trop élevés et n’auraient probablement pas été compensés par les loyers.

D’autres accusent les responsables de la ville de ne pas approuver plus de permis de construire pour permettre la construction de nouvelles unités résidentielles. Une étude menée en 2012 – bien avant que la crise des migrants atteigne des proportions épiques – prévoyait qu’en 2017, Hambourg aurait un déficit d’au moins 50 000 logements locatifs.

En 2016, cependant, seuls 2 433 logements résidentiels sont entrés sur le marché, alors que seulement 2 290 nouveaux permis de construction ont été approuvés, selon les statistiques fournies par la Ville de Hambourg. Ces chiffres ont légèrement augmenté par rapport à 2.192 nouvelles unités et à 2.041 nouvelles approbations de permis en 2015.

En 2012, le gouvernement socialiste de Hambourg a présenté un plan pour construire 6 000 nouvelles unités résidentielles par an. Cependant, le plan n’a jamais été réalisé, car les constructeurs potentiels ont été contraints par des plafonds de location imposés par le gouvernement, ce qui leur aurait empêché même de récupérer leurs coûts de construction.

Depuis lors, la ville s’est tournée vers la saisie de la propriété privée pour résoudre sa crise du logement auto-infligée.

Le 1er octobre 2015, le Parlement d’Hambourg (Hamburgische Bürgerschaft) a approuvé une nouvelle loi qui permet à la ville de saisir des biens commerciaux vacants (immeubles de bureaux et terrains) et l’utiliser pour abriter des migrants.

Les fonctionnaires de la ville ont déclaré que la mesure était nécessaire parce que, à l’époque, plus de 400 nouveaux migrants arrivaient à Hambourg chaque jour et que tous les refuges de réfugiés existants étaient pleins. Ils ont dit que parce que les propriétaires de biens immobiliers vacants refusaient de mettre leur propriété à la disposition de la ville sur une base volontaire, la ville devrait avoir le droit de la prendre par la force.

La mesure a été applaudie par la gauche. « Nous faisons tout notre possible pour que les réfugiés ne soient pas sans abri au cours de l’hiver prochain », a déclaré le sénateur Till Steffen, du Parti Vert. « Pour cette raison, nous devons utiliser les propriétés commerciales vacantes. »

D’autres ont soutenu que les efforts déployés par l’État pour saisir la propriété privée sont autocratiques et ébranlent le communisme. « La confiscation proposée de terrains et de bâtiments privés est une attaque massive contre les droits de propriété des citoyens de Hambourg« , a déclaré André Trepoll, de l’Union démocratique-démocrate (CDU). «Cela équivaut à une expropriation par l’État». Il a déclaré que la mesure proposée est une «loi d’intimidation» qui équivaut à une «rupture de barrage politique avec des implications profondes». Il a ajouté: « Les fins ne justifient pas tous et tous les moyens ».

Katja Suding, leader des démocrates libres (FDP) à Hambourg, a déclaré que la loi proposée est un «passage inacceptable de lignes rouges … De telles mesures coercitives ne feront qu’inviter le ressentiment contre les réfugiés».

Des mesures d’expropriation similaires ont été proposées à Berlin, la capitale allemande, mais abandonnées parce qu’elles ont été jugées inconstitutionnelles.

En novembre 2015, les législateurs à Berlin ont examiné une législation d’urgence qui aurait permis aux autorités locales de saisir des résidences privées pour accueillir les demandeurs d’asile. La proposition aurait autorisé la police à entrer dans des maisons privées et des appartements sans mandat pour déterminer leur adéquation en tant que logement pour les réfugiés et les migrants.

La législation, proposée par le maire de Berlin, Michael Müller, des sociaux-démocrates de centre-gauche (SPD), aurait modifié l’article 36 de la loi de l’Ordre public et de la sécurité de Berlin (Allgemeine Gesetz zum Schutz der öffentlichen Sicherheit und Ordnung, ASOG), qui autorise actuellement la police N’entrer dans les résidences privées que dans des cas extrêmes, pour «prévenir les menaces aiguës», c’est-à-dire combattre les crimes graves. Müller voulait élargir la portée des inspections sans mandat pour inclure « la prévention de l’itinérance ».

La proposition a été gardée secrète du public jusqu’à ce que le chef des Democrats libres (FDP) à Berlin, Sebastian Czaja, a prévenu que la mesure violerait la constitution allemande. Il a dit:

  « Les plans du Sénat de Berlin pour réquisitionner des propriétés résidentielles et commerciales sans le consentement du propriétaire pour accueillir les réfugiés constituent une violation de la Constitution. La tentative du Sénat de porter atteinte au droit constitutionnel à la propriété et à l’inviolabilité de la maison doit être Résolument opposé. « 

Depuis, le bureau du maire et le Sénat semblent avoir abandonné leurs plans.

À la suite d’une enquête, Gunnar Schupelius, chroniqueur du journal de Berlin BZ, a écrit:


    
« Un rapport étrange a fortement circulé ce week-end: le Sénat autoriserait la police à pénétrer dans des maisons privées pour loger des réfugiés, même contre la volonté du propriétaire. Je pensais que ce n’était que la satire, puis un malentendu, parce que la Loi fondamentale, l’article 13, déclare: «La maison est inviolable».

« J’ai donc cherché la source de cet étrange rapport et l’ai trouvé. Il y a une« proposition »que la Chancellerie du Sénat (Senatskanzlei) a apparemment diffusé parmi les sénateurs. La Chancellerie du Sénat est un autre nom pour le bureau du maire. Le secrétaire permanent est Björn Böhning (SPD) …

« La proposition est claire: la police peut entrer dans une propriété privée sans une ordonnance du tribunal afin de rechercher des logements pour les réfugiés lorsqu’ils sont menacés d’itinérance. Vous pouvez le faire« sans le consentement du propriétaire ». Et non seulement la police devrait être autorisée à le faire, mais aussi les organismes de réglementation.

« Cette proposition délicate » a attiré l’attention du public. Seul le secrétaire général du FDP de Berlin Sebastian Czaja a pris la parole et a prévenu une «préparation ouverte à la violation de la constitution». En interne, il aurait fallu des protestations. La «proposition» a soudainement disparu de la table. Est-ce complètement disparu ou va-t-il revenir?

On ne sait toujours pas pourquoi personne n’a contesté la constitutionnalité de la loi d’expropriation de Hambourg.

Pendant ce temps, certains Allemands demandent ce qui suit: Les autorités limitent-elles maintenant le nombre maximum d’espace de vie par personne, et forcent-elles celles avec de grands appartements à les partager avec des étrangers?

Auteur de Soeren Kern via The Gatestone Institute,

Liliane HeldKhawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *