Monday , February 26 2024
Home / Liliane Held-Khawam Mania / La poussière intelligente interface cerveau-machine!

La poussière intelligente interface cerveau-machine!

Summary:
Un nouvel appareil photo/capteur, de la taille d’un grain de sel, a secoué le monde de la technologie. Ces caméras miniatures peuvent fonctionner sans fil et sont suffisamment petites pour être injectées dans le corps humain. Jain Palavi, Consultante en transformation d’entreprise en marketing numérique chez IBM 2019 https://www.linkedin.com/pulse/smart-dust-pallavi-jain/ Les Chrétiens se méfient de la marque de la bête. Pourtant, la méconnaissance de l’évolution technologique risque d’en empêcher un bon nombre de l’identifier. Les médias présentent régulièrement les puces RFID de la taille d’un grain de riz qui existent en effet depuis très longtemps. Implantées sous la peau, elles permettent au propriétaire de commander à distance des opérations du genre: ouvrir une voiture,

Topics:
Liliane HeldKhawam considers the following as important:

This could be interesting, too:

Liliane HeldKhawam writes Qui va sauver nos enfants de leur exposition à la sexualisation précoce, hébergée par les.. garderies et écoles? Rapport explosif de SOS Education.

Liliane HeldKhawam writes Selon Harari, le lobbyiste du WEF, les Droits de l’humanité ne sont qu’une fiction. La légitimation de la pédophilie devient une formalité.

Liliane HeldKhawam writes Réécrire le code génétique, pour une nouvelle médecine, grâce à la technologie ARNm. Vaccin Covid inclus.

Liliane HeldKhawam writes Noël, une lumière qui perce les ténèbres. Mon cadeau de Noël pour vous ami lecteur.

Un nouvel appareil photo/capteur, de la taille d’un grain de sel, a secoué le monde de la technologie. Ces caméras miniatures peuvent fonctionner sans fil et sont suffisamment petites pour être injectées dans le corps humain. Jain Palavi, Consultante en transformation d’entreprise en marketing numérique chez IBM 2019 https://www.linkedin.com/pulse/smart-dust-pallavi-jain/

Les Chrétiens se méfient de la marque de la bête. Pourtant, la méconnaissance de l’évolution technologique risque d’en empêcher un bon nombre de l’identifier.

Les médias présentent régulièrement les puces RFID de la taille d’un grain de riz qui existent en effet depuis très longtemps. Implantées sous la peau, elles permettent au propriétaire de commander à distance des opérations du genre: ouvrir une voiture, effectuer un paiement, ouvrir des portes, se connecter à l’ordinateur, etc.

Il y a aussi l’implant cérébral de Musk qui mesure quelques centimètres, le tatouage breveté par Microsoft, etc.

Cependant, très peu connaissent les possibilités offertes par les nanotechnologies. De fait, c’est un monde parallèle invisible, dont la puissance d’action dépasse très certainement celle du monde visible.

Pour cela, je vous invite vraiment à vous intéresser au monde des nanoparticules ou de la poussière intelligente même si ce sont surtout de vieilles publications qui sont disponibles. Plus grand chose de récent…

Je rappelle qu’avec l’arrivée des injections covidiennes, la nouvelle génération de vaccins est nanotechnologique. Y compris pour les vaccins classiques qui seront modifiés en conséquences. Ce site contient nombre de publications sur le sujet, y compris sur les nanocapsules lipidiques des produits anti-covid. Mettez ces mots dans le moteur de recherche de la page principale du site.

Voici un papier qui date de 2013 qui vous montre comment la poussière intelligente qui peut être sprayée dans la nature fonctionne comme interface cerveau-machine!

Souvenez-vous des promesses de Schwab d’être tous connectés par le cerveau. Ce papier sert juste à vous informer que pour réaliser ses prophéties , nul besoin de grands dispositifs technologiques. https://lilianeheldkhawam.com/2021/02/28/la-miniaturisation-au-service-de-la-connectivite-permanente-la-poussiere-intelligente/

LHK

PS Je n’arrive plus à avoir accès à nombre de fonctionnalités (charger des images, des fichiers sauvegardés, etc.)

La poussière intelligente

Qu’est-ce que c’est?

Smartwater et Smart Rope ont prouvé que les entreprises peuvent rendre sexy n’importe quel objet inanimé en ajoutant “intelligent” au nom.

La poussière intelligente est une collection de capteurs qui peuvent collecter des données d’un environnement et les transmettre sans fil au cloud, le tout emballé dans des particules de la taille d’un grain de sable. Ces particules peuvent tout détecter, de la lumière aux vibrations en passant par l’humidité. Des entreprises comme Analog Devices

et Jeeva Wireless ont travaillé dur pour perfectionner la technologie, mais elle n’a pas réussi à obtenir beaucoup d’adhésion de la part des grandes technologies à ce jour.

Pourquoi cela pourrait être important

Avec l’essor de l’ Internet des objets , les entreprises recherchent constamment de meilleurs moyens de recueillir des données sur leurs clients afin d’améliorer leurs services et de mieux comprendre les valeurs de leurs clients.

La possibilité de créer un réseau complet de capteurs de la taille d’une poussière transmettant constamment des données au cloud est un pas de géant vers la réalisation de cet objectif.

Qu’il s’agisse de recouvrir votre moteur de poussière intelligente pour diagnostiquer les problèmes de voiture ou de répandre de la poussière intelligente sur un champ agricole pour savoir quand les cultures ont besoin d’être arrosées, la technologie a un large éventail d’applications. Certaines start-up de la santé ont déjà lancé des capteurs qui ont la taille d’un grain de sable et qui peuvent être ingérés.

Des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley ont même proposé d’implanter de la poussière neurale à l’intérieur du crâne d’une personne pour surveiller l’activité cérébrale.

Défis

L’idée d’ordinateurs microscopiques flottant dans les airs à chaque instant est un cauchemar pour la vie privée que seul Mark Zuckerberg pourrait s’enthousiasmer. Alors que les législateurs travaillent actuellement à renforcer les lois américaines sur la confidentialité des données, plaider pour des capteurs de données suffisamment petits pour être inhalés n’est probablement pas une priorité actuelle pour les entreprises Big Tech. Et pour tous ceux qui ont eu la belle expérience de nettoyer un sol recouvert de paillettes, vous savez que contrôler les particules de la taille de la poussière une fois qu’elles ont été déployées n’est pas une tâche facile. Le plus grand avantage de la poussière intelligente – sa taille – pourrait également être son plus grand obstacle à surmonter.

https://www.cnbc.com/2019/06/18/wild-tech-ideas-with-big-chance-of-becoming-breakthroughs-in-a-decade.html

Comment Smart Dust pourrait espionner votre cerveau. MIT Technology Review-16 juillet 2013

Selon des ingénieurs, des particules de poussière intelligentes intégrées dans le cerveau pourraient former une toute nouvelle forme d’interface cerveau-machine

La surveillance en temps réel de la fonction cérébrale a progressé à pas de géant ces dernières années. C’est en grande partie grâce à diverses nouvelles technologies capables de surveiller le comportement collectif de groupes de neurones, telles que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, la magnétoencéphalopathie et la tomographie par émission de positrons.

La poussière intelligente interface cerveau-machine!

Ces travaux révolutionnent notre compréhension de la façon dont le cerveau est structuré et se comporte. Cela a également conduit à une nouvelle discipline d’ingénierie des interfaces cerveau-machine, qui permet aux gens de contrôler les machines par la seule pensée.

Aussi impressionnantes que soient ces techniques, elles souffrent toutes de limitations inhérentes telles qu’une résolution spatiale limitée, un manque de portabilité et un caractère extrêmement invasif.

Aujourd’hui, Dongjin Seo et ses amis de l’Université de Californie à Berkeley révèlent une toute nouvelle façon d’étudier et d’interagir avec le cerveau. Leur idée est de saupoudrer des capteurs électroniques de la taille de particules de poussière dans le cortex et de les interroger à distance à l’aide d’ultrasons. Les ultrasons alimentent également cette soi-disant poussière neurale.

Chaque particule de poussière neurale est constituée de circuits CMOS standard et de capteurs qui mesurent l’activité électrique dans les neurones à proximité. Celui-ci est couplé à un matériau piézoélectrique qui convertit les ondes sonores ultra-haute fréquence en signaux électriques et vice versa.

La poussière neurale est interrogée par un autre composant placé sous la balance mais alimenté depuis l’extérieur du corps. Cela génère les ultrasons qui alimentent la poussière neurale et les capteurs qui écoutent leur réponse, un peu comme un système RFID.

Le système est également sans attache – les données sont collectées et stockées à l’extérieur du corps pour une analyse ultérieure.

Cela contourne bon nombre des limitations. Le système est de faible puissance, peut avoir une résolution spatiale élevée et il est facilement portable. Il est également robuste et peut potentiellement fournir un lien sur de longues périodes. « Un obstacle majeur dans les interfaces cerveau-machine (IMC) est l’absence d’un système d’interface neurale implantable qui reste viable toute une vie », déclarent Seo et co.

La difficulté réside dans la conception et la construction d’un tel système et l’article d’aujourd’hui est une étude théorique de ces défis. Le premier est le problème de la conception et de la construction de particules de poussière neurales à une échelle d’environ 100 micromètres qui peuvent envoyer et recevoir des signaux dans l’environnement dur, chaud et bruyant du corps.

C’est pourquoi Seo and co ont choisi les ultrasons pour envoyer et recevoir des données. Ils calculent que la puissance nécessaire pour utiliser les ondes électromagnétiques à l’échelle générerait une quantité de chaleur dommageable en raison de la quantité d’énergie absorbée par le corps et des rapports signal/bruit troublants à cette échelle.

En revanche, les ultrasons sont beaucoup plus efficaces et devraient permettre la transmission d’au moins 10 millions de fois plus de puissance que les ondes électromagnétiques à la même échelle.

Vient ensuite le problème de la liaison de l’électronique au système piézoélectrique qui convertit les ultrasons en signaux électroniques et vice versa. S’assurer que le système fonctionne efficacement sera délicat étant donné qu’il doit être conditionné dans un polymère inerte ou un film isolant (qui doit également exposer les électrodes d’enregistrement aux neurones voisins).

Enfin, il y a le défi de concevoir et de construire le système d’interrogation qui génère les ultrasons pour alimenter l’ensemble du réseau mais à une puissance suffisamment faible pour éviter de chauffer le crâne et le cerveau.

En plus de tout cela, il y a le défi supplémentaire d’implanter les particules de poussière neurales dans le cortex. Seo et co disent que cela peut probablement être fait en fabriquant les particules de poussière sur les pointes d’un réseau de fils fins, maintenus en place par la tension superficielle, par exemple. Ce réseau serait plongé dans le cortex où les particules de poussière s’incrusteraient.

C’est une vision ambitieuse qui est parsemée de défis au-delà de l’état de l’art. Cependant, l’équipe a une solide expérience dans les systèmes nanoélectromécaniques et dans l’interface entre les systèmes électroniques et les cellules.

En effet, l’un des auteurs, Michel Maharbiz, a développé il y a quelques années la première coccinelle télécommandée au monde, un développement qui a été nommé l’une des 10 meilleures technologies émergentes de 2009 par Technology Review.

Ces gars-là n’ont clairement pas peur de relever de grands défis. Il sera intéressant de voir comment ils s’en sortent.

Ref: arxiv.org/abs/1307.2196 : Poussière neurale : une solution ultrasonique à faible puissance pour les interfaces cerveau-machine chroniques https://www.technologyreview.com/2013/07/16/177343/how-smart-dust-could-spy-on-your-brain/

L’obscurcissement du soleil pourrait-il sauver la Terre ? Bill Gates veut pulvériser des millions de tonnes de poussière dans la stratosphère pour arrêter le réchauffement climatique… mais les critiques craignent que cela ne déclenche une calamité

Par John Naish pour le Daily Mail Mis à jour: 06h04 HAE, le 13 août 2019

Le plan ressemble à de la science-fiction – mais pourrait devenir réalité d’ici une décennie; chaque jour, plus de 800 avions géants soulèveraient des millions de tonnes de poussière de craie à une hauteur de 12 milles au-dessus de la surface de la Terre, puis saupoudreraient le tout autour de la stratosphère.

En théorie, la poussière en suspension dans l’air créerait un gigantesque pare-soleil, renvoyant une partie des rayons et de la chaleur du soleil dans l’espace, atténuant ceux qui traversent et protégeant ainsi la Terre des ravages aggravés du réchauffement climatique.

Ce n’est pas le plan cinglé d’un inventeur d’abri de jardin. Le projet est financé par le milliardaire et fondateur de Microsoft, Bill Gates, et lancé par des scientifiques de l’Université de Harvard. https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-7350713/Bill-Gates-wants-spray-millions-tonnes-dust-stratosphere-stop-global-warming.html

La poussière intelligente interface cerveau-machine!
Liliane HeldKhawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *