Tuesday , November 12 2019
Home / Liliane Held-Khawam Mania / Le Liban frappé par la tyrannie du Nouveau Monde.

Le Liban frappé par la tyrannie du Nouveau Monde.

Summary:
Né en Égypte, Georges Corm est Libanais, issu d’une famille d’hommes de lettres et de peintres. Après avoir fréquenté l’Institut d’études politiques de Paris de 1958 à 1961, il obtient un doctorat en droit public en 1969 de la Faculté de droit et de sciences économiques de Paris (Wikipédia) Avant-propos Le Liban est exsangue. Tout y est en panne, sauf la grande vitalité du peuple qui dans un sursaut tente de reprendre la main pour éviter le naufrage prévisible. Le Liban connaît une variante des « crises » telles que celle vécue par la Grèce ou par le Venezuela. Ces convulsions mènent invariablement les pays en question à la Dépossession généralisée de l’Etat ET des populations au profit de la haute finance, et plus précisément au profit du club restreint et anonyme de ses patrons. Le

Topics:
Liliane HeldKhawam considers the following as important:

This could be interesting, too:

Liliane HeldKhawam writes IMPORTANT: Le cri d’alarme d’un agent EDF. Jean-Marc PALOC

Liliane HeldKhawam writes Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre

Liliane HeldKhawam writes La dés-éducation nationale. Vidéo

Liliane HeldKhawam writes Vous êtes la cible du monde du business.

Le Liban frappé par la tyrannie du Nouveau Monde.

Né en Égypte, Georges Corm est Libanais, issu d’une famille d’hommes de lettres et de peintres. Après avoir fréquenté l’Institut d’études politiques de Paris de 1958 à 1961, il obtient un doctorat en droit public en 1969 de la Faculté de droit et de sciences économiques de Paris (Wikipédia)

Avant-propos

Le Liban est exsangue. Tout y est en panne, sauf la grande vitalité du peuple qui dans un sursaut tente de reprendre la main pour éviter le naufrage prévisible.

Le Liban connaît une variante des « crises » telles que celle vécue par la Grèce ou par le Venezuela. Ces convulsions mènent invariablement les pays en question à la Dépossession généralisée de l’Etat ET des populations au profit de la haute finance, et plus précisément au profit du club restreint et anonyme de ses patrons.

Le Liban doit déposer, et déposera fatalement, les armes aux pieds de l’élite du Nouveau Monde. De plus, la corruption de sa classe politique est telle qu’il semble difficile de voir l’une ou l’autre des familles régnantes, et inoxydables, tenir tête à qui que ce soit, sans que ses petites et grosses casseroles ne soient mises à la lumière sous les puissants projecteurs du grand capital anonyme et de ses myriades d’entités de  la BigTech et/ou des BigMedias.

Nous y reviendrons. Nous retiendrons pour le moment que derrière le ras-le-bol du peuple libanais qui l’a amené à descendre massivement dans la rue, se tiennent loin du regard au moins trois impitoyables composantes du Nouveau Monde:

  • Le FMI et sa redoutable Bonne Gouvernance.

  • Le réseau des banquiers centraux, centré sur l’axe de la Réserve Fédérale- BRI (Banque des Règlements Internationaux).

  • Le réseau des circuits de paiements globalisés, capable de menacer tout Etat de strangulation en matière de circulation des liquidités.

Voici pour l’heure les commentaires de M Corm, que nous ne pouvons qu’approuver.

LHK

Georges Corm. La mainmise du FMI et de la Banque mondiale se rapproche

L’ancien ministre des Finances, Georges Corm, porte un regard très sévère à la fois sur le plan de sauvetage de l’économie proposé par Saad Hariri, ainsi que sur la gestion désastreuse, selon lui, de la Banque du Liban.

Comment évaluez-vous le plan de sauvetage de Saad Hariri, sa sortie de crise ?
On continue dans les mêmes errements et dans les mêmes politiques économiques absolument absurdes, avec cette future source de gaspillage et d’endettement qui s’appelle CEDRE et qui ne va qu’aggraver la mainmise de certains pays occidentaux qui prétendent nous aider sur le plan économique. Ça suffit de faire des investissements, il faut d’abord améliorer les investissements existants, et non pas chercher à gaspiller de l’argent dans des projets où les entrepreneurs de travaux publics s’en mettront plein les poches. CEDRE, ce ne sont que des emprunts.

CEDRE n’est que l’un des points du plan. Ne pensez-vous pas que 0,63% de déficit et un budget sans taxes ni impôts sont de bonnes mesures?
Je peux vous faire un budget dans lequel j’ai du surplus budgétaire alors qu’en réalité je sais très bien que je vais faire du déficit. On peut toujours réduire le déficit artificiellement dans le projet de budget. Nous avons un ministre des Finances très fantaisiste qui est dictateur dans son ministère. C’est un très grave problème d’affermer le ministère des Finances à un des principaux partis connus pour ses gaspillages et sa mauvaise gestion.

Que pensez-vous du volet privatisations du plan?
C’est appauvrir l’Etat complètement, alors que la seconde source de revenus de l’Etat provient des télécoms. Si on veut encore plus affaiblir l’Etat, on les privatise.

Vous ne croyez pas à ce plan donc ?
Ce n’est même pas un plan. Un plan doit être réfléchi, avec une bonne connaissance de l’économie, de ce qu’il faut réformer à l’intérieur de l’économie. C’est la domination du néo-libéralisme avec des gens qui ont plein de prétextes pour s’en mettre plein les poches. On a un gouvernement autiste qui n’a rien changé à sa politique économique, comme un train aveugle.

Comment expliquez-vous la fermeture prolongée des banques?
Je crois que malheureusement notre Banque centrale a joué avec le système bancaire. Les banquiers se sont laissé faire car on leur assurait de tels taux de profit… Aujourd’hui, on a un système bancaire très fatigué. La moitié du bilan des banques est entre les mains de la Banque centrale, elle ne peut pas s’en passer. C’est une situation aberrante et malsaine.

Les chiffres déclarés avec les actifs des banques s’élevant à 250 milliards $ et les dépôts à 170 milliards $. Ces sommes n’existent plus ?
Il y a confusion complète aujourd’hui entre le bilan de la Banque centrale et celui des banques. C’est une seule et même chose.

Si les banques rouvrent dans le contexte actuel, que peut-il se passer ? On parle d’une flambée de la livre.
Il ne devrait rien se passer. Ce sont les banques, en restant fermées comme ça, qui aggravent l’inquiétude, voire la panique. En réalité, on a fait ce que seuls des pays extrêmement dirigistes font, c’est-à-dire limiter les retraits et vous obliger à retirer avec la carte bancaire. C’est complètement surréaliste, ce pays qui était le modèle du libéralisme bancaire, financier, économique devient un pays ultra dirigiste et ultra contrôlé par un dictateur unique qui s’appelle la Banque centrale. La santé de la livre pourrait être vite rétablie, sitôt qu’il y a, mais je ne vois pas comment, un gouvernement hors des cercles actuels du pouvoir qui pourrait rétablir de la santé mentale en matière économique.

Dans une interview donnée à CNN le 28 octobre, Riad Salamé a déclaré que le Liban est à quelques jours de l’effondrement, avant de préciser ses propos à Reuters en affirmant que le Liban avait besoin d’une solution urgente. Qu’en pensez-vous ?
Bravo ! Je n’ai jamais vu un gouverneur de banque centrale porter autant atteinte à son pays en faisant de telles déclarations. C’est le moment de juger de cette gestion invraisemblable de la Banque du Liban dans ce pays. Elle détient une compagnie d’aviation, contrairement à ses statuts. Elle s’est occupée de tous les secteurs de l’économie, elle est entrée partout, c’est inimaginable. Il y a au Liban dans le Code de la monnaie et du crédit un organisme au ministère des Finances qui s’appelle le Commissariat du gouvernement auprès de la Banque centrale qui est censé contrôler et surveiller la BDL et s’assurer qu’elle accomplit sa mission comme il faut. Cette instance ne rédige plus de rapports depuis des années.

Tous les maux du Liban viennent de la BDL selon vous ?
La BDL est responsable de la crise actuelle. Le système est mauvais, corrompu, mais s’il y avait eu une gestion plus normale et plus prudente de l’économie, on n’en serait pas là. On a d’ailleurs vu les aberrations de cette gestion puisque même un homme ultra riche comme Nagib Mikati a pu obtenir des prêts subventionnés par la Banque centrale pour acheter des appartements.

Quelles seront les conséquences concrètes pour les Libanais d’un effondrement de l’économie ?
Beaucoup ont sans doute constitué chez eux, avant les événements actuels, des réserves. On parle de 2 à 3 milliards de $ qui auraient été thésaurisés. L’une des erreurs majeures de la BDL aura été de faire la compensation des chèques en dollars à partir de 1992. Si cela n’avait pas été fait, les Libanais auraient continué à payer en livres libanaises et on aurait eu un taux réduit de dollarisation de l’économie tel qu’il existait dans les années 70 (soit 30%).

Au regard de tous ces éléments, quelle sortie de crise entrevoyez-vous ?
La sortie de crise qui se rapproche c’est la mainmise du FMI et de la Banque mondiale et encore plus de politique d’austérité, ce qui réduit d’autant plus les recettes de l’Etat. Les conférences de Paris I, Paris II, Paris III, Paris IV ont contribué à engager l’économie libanaise dans la mauvaise voie

Les manifestants réclament la démission du gouvernement et la constitution d’un gouvernement de technocrates susceptibles de sauver l’économie. Qu’en pensez-vous ?
Un gouvernement technocrate est un mythe, pas une solution. Derrière les technocrates, il y a toujours un politique.

Jenny Saleh

http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/19346-georges-corm-la-mainmise-du-fmi-et-de-la-banque-mondiale-se-rapproche?issue_id=290&fbclid=IwAR0K5yZCPdJ24TfCflGRJgyDQs-EhBBcCtA1UUpG0–krkLLURyRZT4GFIY
Liliane HeldKhawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *