Friday , October 20 2017
Home / Liliane Held-Khawam Mania / Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Summary:
Voici quelques données sur la position extérieure de la Suisse à la fin du premier trimestre 2017. Les chiffres ci-dessous nous montrent que la position extérieure nette de la Suisse affiche 840 milliards de CHF. Produits dérivés, bourse euphorique et autres dopage artificiel des « réserves monétaires » par une BNS (appellation  inadéquate contestable et contestée) que plus personne ne peut arrêter… En revanche, la balance des transactions courantes  est excédentaire de 16 milliards et la balance commerciale nette des biens et service affiche un solde positif de 11 milliards de francs au premier trimestre 2017! Sur la totalité de l’année 2016 un excédent de la balance courante de 70 milliards est annoncé… La politique dite du « franc fort » de la BNS, au vu de ces données, est

Topics:
Liliane HeldKhawam considers the following as important:

This could be interesting, too:

Liliane HeldKhawam writes Le Liban découvre la politique monétaire non conventionnelle. LHK

Liliane HeldKhawam writes Après les Panama Papers, enquête sur Malte, « paradis fiscal méconnu ». L’Express

Liliane HeldKhawam writes Nos données personnelles en mains privées… en toute confidentialité! Liliane Held-Khawam

Michel Santi writes Le déclin de la valeur travail

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Voici quelques données sur la position extérieure de la Suisse à la fin du premier trimestre 2017. Les chiffres ci-dessous nous montrent que la position extérieure nette de la Suisse affiche 840 milliards de CHF. Produits dérivés, bourse euphorique et autres dopage artificiel des « réserves monétaires » par une BNS (appellation  inadéquate contestable et contestée) que plus personne ne peut arrêter…

En revanche, la balance des transactions courantes  est excédentaire de 16 milliards et la balance commerciale nette des biens et service affiche un solde positif de 11 milliards de francs au premier trimestre 2017! Sur la totalité de l’année 2016 un excédent de la balance courante de 70 milliards est annoncé…

La politique dite du « franc fort » de la BNS, au vu de ces données, est totalement injustifiable! Nous aurions financé en direct les exportateurs que cela aurait coûté moins cher à tout le monde… Mais le casino qui se fait une indigestion n’aurait pas apprécié!

Une balance courante qui n’explique pas les réserves monétaires de la BNS…

La balance des transactions courantes du premier trimestre 2017 donne une idée de l’ordre de grandeur du volume des exportations des biens et services sur l’ensemble du pays. Les données traitent aussi bien des exportations que des importations. A la fin nous avons un solde pour le commerce de biens et services  (y compris de l’or physique) de 11 milliards.

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

L’évolution de la balance annuelle des transactions courantes ces dernières années qui explique mal des réserves monétaires de la BNS qui s’élèvent à fin juin 2017 à 764 milliards… Le tout sur fond déflationniste pour le reste du pays….

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

 Encore et toujours des produits dérivés

« Un produit dérivé est un contrat entre deux parties qui vont s’accorder sur le prix d’un actif. C’est donc un instrument financier sous-jacent d’un actif qui permet de fixer le prix de ce dernier pour une période donnée. La valeur d’un produit dérivé dépendra donc de la valeur de son actif sous-jacent au cours du temps. Initialement ces produits avaient pour but de couvrir les entreprises contre des risque financiers tel qu’une augmentation du prix des matières premières ou un risque de change. » https://www.andlil.com/definition-de-produit-derive-125745.html

Rappelons que la crise des subprimes qui avait laissé les Etats et leurs citoyens dans une situation d’endettement désastreuse était due aux produits dérivés! Vous pensiez que la BNS et Finma avaient sévi depuis pour limiter leur emploi? Eh bien rassurez-vous, ils sont plus présents qu’en 2007…

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-KhawamSuisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

La BNS dit dans son rapport que le saut de 2008 est dû à l’élargissement du périmètre de ses enquêtes… Peut-être… Mais peut-être qu’une partie de cette progression de 2008 est liée à la création du Stabfund – qui avait dû récupérer les actifs pourris dans une structure suisse et non dans une île paradisiaque tel que le suggérait les responsables de l’époque- par ladite BNS pour sauver UBS…?

Dans tous les cas, nous pouvons constater que la valeur des produits dérivés transfontalière affichée, dont le montant réel est sujet à interrogation puisque leur valeur comptable est compliquée à établir et qu’ils sont gérés hors-bilan, a au moins plus que doublé depuis 2007…

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Position extérieure, entre gains boursiers, produits dérivés et dopage du bilan de la BNS…

Voici une reprise du communiqué de la BNS sur ces chiffres:

« Actifs à l’étranger

Les actifs à l’étranger se sont accrus de 7 milliards par rapport au trimestre précédent,
s’établissant à 4 489 milliards de francs.
Dans le détail, les réserves monétaires ont progressé de 40 milliards de francs, s’inscrivant à 731 milliards, principalement en raison des transactions du compte financier (acquisition nette d’actifs financiers). Les investissements de portefeuille (1 308 milliards de francs) ont augmenté de 25 milliards, majoritairement du fait de gains de cours enregistrés sur les titres de participation cotés sur les places boursières étrangères. Les autres investissements ont diminué de 31 milliards, totalisant 807 milliards de francs, essentiellement en raison des transactions. Les produits dérivés ont reculé de 25 milliards de francs, s’établissant à 91 milliards, et les investissements directs, de 3 milliards, passant à 1 552 milliards. »

« Passifs envers l’étranger

Les passifs envers l’étranger se sont accrus de 21milliards par rapport au trimestre précédent, s’inscrivant à 3 649 milliards de francs.
Dans le détail, les produits dérivés ont augmenté de 63 milliards pour atteindre 1125 milliards de francs, essentiellement portés par les forts gains de cours enregistrés à la Bourse suisse.
Les investissements directs ont progressé de 19 milliards, à la suite des transactions, pour atteindre 1257 milliards de francs.
A l’inverse, les produits dérivés et les autres investissements ont reculé, s’inscrivant respectivement à 92 milliards de francs (–19 milliards) et à 1175 milliards (–42 milliards). »
Que signifie cette phrase du rapport 2017 « Dans le détail, les produits dérivés ont augmenté de 63 milliards pour atteindre 1125 milliards de francs, essentiellement portés par les forts gains de cours enregistrés à la Bourse suisse. » Le montant réel des produits dérivés serait-il de 1, 125 trillions de francs? Ou est-ce une erreur?

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Image ci-dessus:  les réserves monétaires correspondent aux devises et à l’or figurant à l’actif de la BNS. Les investissements directs correspondent aux investissements réalisés dans le cadre des multinationales.

Croissance des activités financières transfrontalières

626 milliards de croissance des actifs à l’étranger entre 2012 et 2016. 540 milliards de croissance des passifs envers l’étranger pour la même période… Question: D’où vient cet argent? Qui le produit?

La Suisse  avait pour l’année 2016 une position exportatrice nette de capitaux de 854 milliards, fortement soutenue par les réserves monétaires de la BNS.

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Ce qui chagrine au vu de tous ces chiffres est le schisme  entre une haute finance munie d’une concentration de richesses et donc de puissance financière inédites , et d’autre part, le reste du pays qui trime pour préserver un salaire digne, voire un salaire tout court!

Plus on avance, plus la divergence entre les besoins des uns et des autres en matière de politique monétaire s’accroît de manière existentielle sur fond d’euphorie spéculative pour les uns et de déflation insistante pour ne pas dire dépressive pour les autres.

Suisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-KhawamSuisse: L’enrichissement extravagant de la haute finance…. Liliane Held-Khawam

Tableau: Une déflation endémique depuis 2011 non traitée. Du coup, la déflation s’est maintenue en 2016

Nous ne nous demanderons plus qui la BNS va privilégier dans ses décisions de politique monétaire pour laquelle elle se dit à tort souveraine….

Liliane Held-Khawam

Source des données https://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20170626/source/pre_20170626.fr.pdf

Les banques suisses dans la finance de l’ombre

En 2013, P-A Sallier écrivait dans le Temps:

« On savait BNP Paribas ou Deut­sche Bank impliqués jusqu’au cou. Les champions nationaux helvétiques ont peu à leur envier. Dans une étude révélant les «Fukushima potentiels» du secteur bancaire européen dévoilée le mardi 19 décembre 2013, le bureau de recherche Alpha Value rappelle que le volume des activités de Credit Suisse lié aux produits financiers dits «dérivés» – la valeur «notionnelle» des produits traités – dépassait les 50 000 milliards de francs suisses l’an dernier. Celles d’UBS approchent les 38 000 milliards. En Europe, la palme revient à Deut­sche Bank, avec l’équivalent de 68 000 milliards de francs suisses.

«Swaps de taux», CDS, contrats sur matières premières ou devises… autant de produits complexes dont moins du dixième servirait à protéger les acteurs de l’économie «réelle» contre les fluctuations de cours, selon la Banque des règlements internationaux. Le bureau paneuropéen de recherche boursière basé à Paris calcule de son côté que, pour Credit Suisse, l’activité sur dérivés représente plus de cinquante fois le bilan de la banque, contre une trentaine de fois chez UBS, Deutsche Bank ou BNP Paribas. L’activité sur les produits dérivés de la deuxième banque du pays équivaut ainsi à la valeur de 86 ans d’activité économique de la Suisse, la prise en compte d’UBS rajoutant 65 années de PIB. Autre chiffre publié par Alpha Value: sur les seuls produits appelés «CDS» – au départ, des assurances protégeant contre le non-remboursement d’un Etat ou d’une entreprise, largement utilisées à de fins spéculatives –, des pertes équivalant à entre 2 et 4% de leur volume notionnel balaieraient les fonds propres aussi bien chez UBS que chez Credit Suisse, Deut­sche Bank ou BNP Paribas. »

Les dérivés d’UBS, Credit Suisse et d’autres prépareraient un «Fukushima bancaire»

Liliane HeldKhawam
Bienvenue sur le blog personnel de Liliane Held-Khawam! Vous trouverez ici plusieurs publications parues dans la presse ou dans des revues spécialisées. Liliane Held-Khawam est née à Héliopolis (Egypte) et a vécu au Liban, en France, Suisse, Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *